mardi 14 mars 2017

Bribes de Femmes


Sculptures et corps que scandent

Mille convoitises gourmandes

Portraits croisés d’une multitude

Au parcours rangés presqu’à la similitude

Femmes d’ici, femmes d’ailleurs

La pose insouciante de l’adolescence espiègle

Que ne ride, ni ne taraude encore nul souffle

La paysanne aux seins nus, vibrant

Au rythme du labeur saisonnier éprouvant


Femmes d’ici femmes d’ailleurs

Le martyr mortel de la jeune star

En proie soudainement aux cauchemars

D’une beauté dont l’ombre pâle

Sonne le glas sinistre d’une obsolescence fatale


Par-delà le regard lointain et brave

De la vielle dame aux traits graves

Voilà que féconde la longue et lente prière

D’un temps nouveaux que l’on peut colorier à sa guise


Femme d’ici femmes d’ailleurs

Derrière le pagne noir des déboires que l’on voile

Souvent la grâce ensorcelante de la gestation fébrile

L’instant de  séduction…le temps immobile

Des plaisirs aphones qui emplissent de bonheur


Femmes d’ici, femmes d’ailleurs

Que de voiles que ne masque

Une et même gravité anecdotique. 
Hyacinthe Kougniazondé

lundi 27 février 2017

Fragments d’Afrique// Printemps des poètes 2017


[Écoutez la parole
Écoutez la langue
Entendez le tam-tam
Prêtez l’oreille à la chanson
Écoutez la langue de la pluie
Et celle de l’animal des champs
Craignez celle des fétiches
Et celle des feuilles des forêts sacrées...]




Par ce liminaire panégyrique, nous allons entreprendre un voyage dans un monde "souterrain”, l’Afrique des significations cachées derrière l’apparence des choses, et revisiter ensemble, par une parole engagée cette Afrique, la nôtre, la vôtre, la leur !

Nous invoquerons au besoin, le Mlàmlà béninois, le Taasu sénégalais, voire  le  Ghazal berbère ou maghrébin pour célébrer cette Afrique chère à  Samory Touré , Béhanzin, Kwame Nkruma , Frantz Fanon, Léon-Gontran Damas, Cheikh Anta Diop , Thomas Sankara, , Aimé Césaire  , Nelson Mandela  et bien d’autres encore....

"Fragments d’Afrique", est un condensé sonore et musical de visions multiples, de souvenirs endogènes, de bribes de séjours, d’expériences réelles ou fantasmagoriques d’une et même Afrique.

Ici, en faisant  inviter l’Afrique chez l’habitant, poètes, comédiens et musiciens, adhérents et sympathisants de l’Atelier d’Ailleurs, donnent à entendre des  créations  personnelles, scandées tout au long par leur  rapport à l’Afrique. Qu’elles soient  françaises,  noires africaines ou « nord-africaines »,  qu’elles viennent des îles noires ou des îlots métis , toutes ces voix  se conjuguent et s’accordent,  pour puiser dans le prosaïque abrupt de notre littérature qui « se crie »  et non  s’écrit .  Et ainsi, avec  toute la beauté que le moment  requiert,  grâce sera rendue  aux cultes  encore vivaces  des ancêtres, à la prééminence des symbolismes,  à l’attachement aux éléments naturels, à la formidable pauvreté ambiante et les velléités  sans cesse renouvelées d’exils et etc...et etc...

Possibilité au public  de venir dire, chanter et partager les couleurs de l’Afrique avec nous, lors de la  longue scène ouverte qui suivra.

Durée : 19H 30 à minuit
Participation : (spectacle + repas béninois + rafraichissement) 10 €

Nombre de places limitées. Réservation obligatoire pour avoir l'adresse  de l'habitant : atelierailleurs@gmail.com
Tél : 06 43 86 10 52

mercredi 31 août 2016

Concours de Nouvelle

À la rentrée sortez les stylos, branchez les PC : "48 heures pour écrire" redémarre à partir de ce 23 septembre !


À partir du 23 septembre Edilivre vous relance le défi : écrire une nouvelle pendant 48H ! N'hésitez plus et préparez-vous pour un week-end intense en émotions et en réflexions. Alors, installez-vous confortablement, taillez vos crayons ou nettoyez votre clavier et tenez-vous prêt car "48H pour écrire" va bientôt recommencer...

 Pour plus d'infos,  cliquez ici

dimanche 5 juin 2016

NUITÉE POÉTIQUE#4

La poésie est morte ? Vive la poésie !
L’imprimerie a rendu silencieuse la poésie, l’édition lui reproche de ne pas être assez commerciale.

Normal ! Le mot dépossédé de la parole, de la substance sonore est un mot vain, et ne se vend pas ! C’est pourquoi, L’Atelier d’Ailleurs, au travers de ses « Nuitées Poétiques » ressuscite la tradition orale initiale de cette poésie d’aujourd’hui. L’ambitionne est donc de promouvoir un pan de la littérature contemporaine à tort, considéré comme dépassé, en concédant à la poésie, un temps de présence intense , le temps d'un instant.

Il s'agit d'une élégie collective à la diversité des ces voix qui portent encore en elles cette poésie immortelle.

"La littérature la vraie, est faite pour être partagée "écrivait Hélène Katsaras, une très chère amie et poétesse .

Alors que nous parlons اللغة العربية , Español ou Русский язык , la poésie n'a pas de frontière !

Que nous expérimentions de nouvelles poétiques, aux grammaires extatiques, ou serrions nos gloses dans le prosaïque du quotidien ou tout simplement gribouillions nos perceptions du réel,

Que nous aimons écrire ou non, lire ou pas, rencontrons-nous pour une virée nocturne au cœur de l'âme même de la poésie.


Lieu: AUX 35
35, Bd Longchamp. 13001Marseille

19 H: Ouverture des portes:
19H-20H 10: Prélude apéritif dans le jardin
20H 30-21H 30 : //UN TOIT POUR TOUS // Création sonore et poétique de L'Atelier d'Ailleurs
22H -00H : SCÈNE OUVERTE
paf 5€+un verre offert
Attention nombres de places limitées.

samedi 5 mars 2016

PRINTEMPS DES POÈTES 2016



L’imprimerie a rendu silencieuse la poésie,  l’édition lui reproche de ne pas être assez commerciale. 
Normal ! Le mot dépossédé de la parole,  de la substance sonore est un mot vain, et ne se vend pas ! C’est pourquoi, L’Atelier d’Ailleurs, au travers de ses « Nuitées Poétiques » ressuscite la tradition orale initiale de cette poésie d’aujourd’hui.

Pensé comme un rendu sonore d’ateliers d’écriture, par les auteurs eux mêmes, cet événement souhaite faire dialoguer poésie, danse et musique, dans une envolée de paroles déprécatoires, de symphonies jaillissantes, et de chorégraphies voltigeantes, traduisant cris du cœur et nos raisons d’être ici et là.
Que vous aimez écrire ou non, lire ou pas, venez  et appréciez avec nous, cette diversité de voix, tour à tour fragiles, sensibles, fougueuses et engagées qui  chantent et  disent ces mêmes paroles que la danse dressera en silhouettes.
Attention nombres de places limitées.
 Renseignements : atelierailleurs@gmail.com

mercredi 27 janvier 2016

Et j’impose mon diktat

Et proclame une anarchie tutélaire
Devant l’ignorance assassine
Et son corollaire
La soumission volontaire

La contagion parle par la télévision
Et le mal de la maladie
Inocule cette cécité de la vision
Qui fait que l’on entrevoit
Que le cloisonnement de ce monde vaste

Je dresse mon diktat
Collecte le gris des colères
Désaltère mes gris-gris
Pour le coup d’État Mondial

Je tisse mon diktat
Et j’écris tellement si longtemps
Le discours d’intronisation
Qu’à force les vents du ciel
Colportent le message
Aux  quatre coins du monde :

Brisez vos liens
Précipitez  les premiers symptômes
Du dernier tournant 

                                      джимми Гиацинт

Le diable peut frapper en plein jour



Je laisse tomber…
Ou… je le dis maintenant
Que la vie peut reprendre son cours initial ?

Les mesures du bien atteignent l’ultime limite.
Le diable peut frapper en plein jour.
Les lanternes ne servent plus à rien.

Le peuple peut pleurer son deuil.
Désormais le mal est fait.
Le hasard n’existe pas.

La pluie ne s’arrêtera pas de tomber.
On s’enivre de vin de palme
Histoire de se donner de l’élan.

Je laisse tomber…
Ou… je le dis !
Le hasard n’existe pas.

On superpose le superficiel au réel.
Et les deux finissent par devenir pareils.
Dubitatif, on improvise.

Activité méthodologique ?
Fierté de l’être .
Violence des choses.

La danse du vent,
Cette parenthèse instable
S’ouvre et se ferme à son gré.

Aux armes soldats !
La planète chauffe.
Le mal est désormais libéré.

Depuis l’autre côté du pavé,
J’allonge le bras pour empoigner
La lumière dans le creux de ma main.

Retard sur l’échéance ? 
La Grande République Libre et Laïque bat de l’aile 
Sous les assauts du diable invisible et tentaculaire.

                                              джимми Гиацинт